Security Council Briefing: MINUSMA (In French)

Déclaration de Karel van Oosterom,
Représentant permanente du Royaume des Pays-Bas auprès des Nations unies

New York, le 14 juin 2018

Merci beaucoup, Monsieur le Président.

Permettez-moi tout d’abord de remercier le Secrétaire général adjoint, monsieur Lacroix, pour son exposé très éclairent. Je remercie Monsieur le Ministre des affaires étrangère de Mali, son excellence Coulibaly.

Au cinqième anniversaire de la MINUSMA, il est temps de faire l’inventaire des résultats de la mission et des défis restants.

Monsieur le Président, j’aborderai trois éléments principaux,

  1. A savoir la situation politique ;
  2. Puis le mandat;
  3. Et enfin l’efficacité du maintien de paix.

1. Situation politique

Mon premier point : la situation politique. En matière de processus de paix, les progrès ont été obtenus de haute lutte. 

Si nous saluons les récentes avancées prometteuses, nous devons reconnaître que le bilan des cinq années écoulées est bien pâle.

Les parties maliennes doivent assurer ensemble un rapide progrès de la mise en œuvre de l’accord, y compris la participation pleine et effective des femmes.

Nous saluons les suggestions du Secrétaire général en vue de donner un nouvel élan au processus politique. Cela passe par le développement d’un pacte pour la paix basé sur des critères clairs. Notre patience s’épuise.

Les élections à venir constitueront un test important pour les parties maliennes qui devront prouver leur attachement à la stabilité du pays. Nous appelons les autorités maliennes à assurer un processus électoral et un dialogue politique inclusifs, en laissant l’espace au débat et aux voix dissidentes.

Sur ce point, nous rappelons la nécessité pour tous les acteurs, y compris les forces de l’ordre, d’agir avec retenue.

2. Mandat

Monsieur le Président, mon deuxième point : le mandat de la MINUSMA. Le soutien au processus politique et le rôle de médiation de la MINUSMA se sont avérés très précieux.

Nous pensons comme le Secrétaire général que la clé du succès de la mission résidera dans la définition de priorités claires. La MINUSMA doit tout d’abord et surtout axer son action sur le soutien de la mise en œuvre des dispositions principales de l’accord :

  • mise en place effective d’instances et de services légitimes de l’État,
  • décentralisation,
  • réforme du secteur de la sécurité (SSR) et processus de désarmement, démobilisation et réintégration (DDR),
  • et réconciliation.

Par ailleurs, il arrive trop souvent que les allégations de violations du droit international humanitaire et des droits de l’homme ne donnent lieu à aucune poursuite judiciaire. On ne saurait minimiser l’importance des tâches incombant à la mission en matière de responsabilisation, y compris dans le cadre de son action dans les domaines judiciaire et pénitentiaire.

Si la MINUSMA a un rôle à jouer dans le centre du Mali s’agissant de la réconciliation et de la prévention des conflits au niveau local, cela ne doit pas affecter sa mission première dans le Nord.

Les répercussions de l’instabilité que connaît le Mali se font sentir au-delà des frontières du pays, sur tout le Sahel et sur l’Europe.

La stabilité du Mali et de l’ensemble de la région est cruciale pour combattre des menaces telles le trafic d’êtres humains et l’immigration clandestine, le terrorisme et la criminalité organisée.

La coordination et la coopération entre les différents acteurs de la sécurité sont essentielles si nous voulons répondre efficacement à ces problèmes. Cela comprend la Force conjointe du G5 Sahel, Barkhane et les missions européennes,

Afin de définir des stratégies opérantes de soutien à une paix et une stabilité durables, la MINUSMA doit également améliorer ses informations sur la façon dont l’économie illégale influence la dynamique des conflits, au Mali et au-delà. Cela comprend le trafics de drogue, le trafics d’armes et le trafics d’êtres humains. La coopération avec des entités onusiennes comme l’ONUDC est ici déterminante.

3. Maintien de la paix efficace

Monsieur le Président, mon troisième et dernier point concerne l’efficacité du maintien de la paix. Au bout de cinq ans d’existence, nous pouvons considérer que la MINUSMA a atteint sa maturité. Une réflexion critique sur la mission peut permettre d’améliorer l’accomplissement de son mandat.

Il convient de saluer le plan d’action complet élaboré en réponse au rapport Cruz et les mesures déjà prises en vue de sa mise en œuvre. Nous demandons aux Nations unies à appliquer les recommandations le plus rapidement que possible.

Vu le contexte complexe dans lequel se déroule la mission, le cloisonnement doit être évité. Comme le Premier Ministre néerlandais Mark Rutte l’a déclaré lors du lancement de l’Action pour le maintien de la paix (A4P), ici en la Conseil dans notre présidence en mars: une approche intégrée doit être fermement appliquée au niveau stratégique comme opérationnel.

Non seulement dans le cadre de la mission, mais aussi s’agissant de la coordination stratégique avec l’Équipe pays des Nations unies.

Dans ce contexte, nous appelons les Nations unies à développer le plus rapidement possible le plan stratégique à l’échelle de la mission.

Conclusion

En conclusion, Monsieur le Président, je salue tous les hommes et tous les femmes qui ont fait tout leur possible en faveur de la paix et en faveur de la stabilité au Mali depuis le lancement de la MINUSMA.

Nous rendons en particulier hommage aux 174 casques bleus qui ont payé au plus haut prix la défense et la promotion d’une paix durable au Mali.

Merci, Monsieur le Président.

Belongs to